Accueil / Carnets de Voyages / Petites Histoires / Voyager à deux: mon bilan au bout des 8 mois #Rhéa

Voyager à deux: mon bilan au bout des 8 mois #Rhéa

image_pdfimage_print

Salut les Amis !

Aujourd’hui j’avais envie de vous raconter des aspects du voyage à deux. On a décidé de vous l’exprimer chacun à notre façon (pour lire Clément il faudra attendre encore un peu). Il y a environ 8 mois, nous avons pris l’avion pour partir à l’autre bout du monde. Mais pour aller où ? Pour y vivre quoi ? Et une fois le voyage commencé et nos sacs à dos embarqués, par quoi peut-on passer ? J’espère que la lecture de cet article vous plaira et si c’est le cas n’hésitez pas à faire tourner 😉

Partir ensemble

img_20160309_130418Le contexte

Quand l’idée nous est venue nous finissions un cycle, un contrat à l’université et des études de naturopathie pour Clément et de mon côté, je choisissais de quitter mon job d’infirmière. A ce moment là, on se dit que c’est le moment. Le moment de caser quelque chose d’important, pour se retrouver, vivre autre chose, ailleurs. Nous avions vécu en France et en Belgique (en capitales et en provinces). Nous avions des idées pour la suite mais nous avions aussi besoin de temps et d’espace pour envisager l’après.

Mon état d’esprit

Personnellement j’étais en plein changement, je prenais conscience de beaucoup de choses. Je ressentais le besoin de partir loin pour me retrouver au plus proche de moi-même. Le besoin de mieux me comprendre, pour savoir à quoi j’avais envie que ma vie ressemble. Je me sens très concernée par les dimensions environnementales et énergétiques durables, par les relations humaines, sociales et spirituelles,… Tout cela implique des changements et les mettre en route demande du courage et d’aller rencontrer d’autres personnes qui puissent nous inspirer.

Voyager à deux: le pari est lancé

C’est dans cette vision qu’est née l’idée du voyage, de partir ensemble, d’aller découvrir l’inconnu (celui qui est en nous et en face de nous), pour construire un projet qui porte nos valeurs de vie. Partir à deux, c’est faire le pari que ce que l’on va vivre va nous faire grandir et évoluer. C’est aussi prendre le risque de ne pas se rejoindre sur des choses si importantes, que le couple pourraient se déliter. Sur les groupes et les forums j’en ai vu et lu des témoignages de couples qui se séparent en voyage, qui se quittent la veille du départ… Le voyage c’est prendre le courage de se voir l’un et l’autre dans un espace neutre, tels que nous sommes. Alors c’est un défi dans lequel on a choisi consciemment de plonger, pleinement et profondément.

Où partir ?

Tour du monde ou pas ?

Au départ, nous voulions faire un tour du monde « classique », c’est à dire prendre un billet TDM (tour du monde) avec lequel nous pourrions visiter et passer par plusieurs continents. Mais cela impose un rythme qui nous semblait un peu contraignant. Alors on a décidé de réfléchir autrement. Nous avons fait le point sur quelles étaient nos envies personnelles en terme de lieux et de destinations qui nous tenaient vraiment à coeur. De là, il est apparu que nous avions un ou deux points en Afrique du Nord (Égypte,…), deux trois points en Amérique du Sud (Pérou, Brésil,…), un point en Amérique du Nord (Canada), et pas mal de points en Asie !

Voyager-a-deux

– L’AUSTRALIE !!!
– Encore !?
– Ben oui, qu’est ce que tu veux, c’est le jeu ma pauvre Lucette 😉

Ciblons, ciblons !

Du coup, on s’est dit au lieu de se perdre à sauter de point en point, autant cibler notre voyage. En passant l’Asie à la loupe, pays par pays, ce sont les pays de l’Asie du Sud-est qui nous tentaient le plus. Ainsi nous avons fini par définir un trajet avec Grosso et Modo 🙂 L’Inde d’abord pour terminer en Indonésie à Bali. Bon, en fait on est finalement parti pour faire l’inverse. Bref, beaucoup de changements ! C’est normal ça fait parti du processus 😉 Ce que je veux dire en vous racontant cela, c’est qu’il faut discuter, beaucoup discuter pour savoir qui veut quoi. Le voyage à deux commence déjà là: réussir à se mettre d’accord sur des choix quitte à faire des compromis et ce, alors que vous n’êtes pas encore partis !

Une fois partis, ça fait quoi ?!

Entre stress et excitation

Une fois partis, ça fait peur, ça stresse, et en même temps ça t’excite ! Du coup, t’essaie de gérer, de garder le contrôle de l’affaire, tu te réfères à tous les conseils des voyageurs, du Routard, tu te souviens de ce que t’as lu sur les forums… Et tu te fais quand même rouler comme un débutant ^-^ J’en ai même fait deux articles quand ca nous est notamment arrivé à Bali ! Bref, c’est un peu le bazar intérieurement, je me suis sentie un peu décalée, le rythme bousculé, et pleine de questions pratiques dans la tête ! Mais les yeux en prennent tellement, que ça finit par s’apaiser… Et petit à petit, tu te rends compte que savoir où dormir ne t’inquiète plus, tu trouveras toujours, même sans réserver. C’est un exemple parmi tant d’autres des choses pratiques qui te stressent plus par la suite.

Trop beau pour être vrai !

Cependant, je me suis rendue compte que malgré ça, le lâcher prise m’était difficile. Je vous dirais que c’est assez personnel et peut être que pas grand monde le ressent comme ça, mais j’avais pas mal la trouille. J’avais notamment la peur que quelque chose de moche nous arrive et nous oblige à rentrer. Le fameux c’est trop beau pour être vrai. Comme je l’ai appris un jour, lorsque l’on a la peur de « mourir », on a la peur de « vivre ». Mes inquiétudes n’étaient pas tant celles de ce qui pourraient nous arriver par malheur, mais celles de l’inconnu. Tellement remuée, par moment je me voyais avoir peur, être stressée, anxieuse, désagréable ou triste…  Une vieille bique relou quoi ! Tellement je me mettais la pression ! Clément à été courageux et d’une grande patience. Bien sûr, lui aussi, a traversé son lot d’épreuves personnelles. Le couple en voyage c’est aussi ça, ce n’est pas se limiter à supporter l’autre mais c’est devenir son meilleur supporter 😉

Parfois, on se fait peur ! Mais ça passe, et on a envie d’aller plus loin…

J’atterris… enfin !

Le voyage à continué et je me suis détendue du slip quechua, doucement mais sûrement 🙂 Les expériences de couchsurfing ont été un déclic pour moi et nos premières rencontres, en générale, m’ont permis de me sentir à nouveau mieux dans mes bottes. Ça m’a pris un bon mois pour me sentir à nouveau plus tranquille, habituée à notre rythme de voyage, à bouger tous les 2-3 jours, à changer de pays, changer d’heure, prendre l’avion souvent, à me faire à la maison que je porte sur mon dos qui s’est évidemment vidée au fil du voyage parce que pleine de trucs dont t’as pas besoin (mais ça a rassuré ton entourage et toi même de prendre ceci ou cela avec toi ;)…

Merci Clément et à nous deux

Clément a su m’encourager et m’écouter parce qu’on a su en parler ! On a fait des points régulièrement sur nos humeurs, nos états d’âmes, les miennes comme les siennes… Ca ne se fait pas tout seul, et si j’ai des facilités à exprimer ce que je ressens c’est par exemple, plus difficile pour Clément. C’est de l’ajustage en permanence, si on veut être là l’un pour l’autre de la meilleure façon qui soit. Ainsi, petit à petit, de nouvelles choses émergent, on prend confiance ensemble, et je ne sais pas comment dire, mais pour chaque étape, pour chaque rencontre, pour chaque choix que nous avons opéré, ça s’est fait en toute fluidité. Alors, certes on peut galérer au début, mais ce n’est pas pour rien. Il y a un dépassement de soi à vivre, et le vivre à deux nécessite beaucoup de confiance. C’est important de respecter l’autre dans ce qu’il vit et de lui laisser de l’espace pour vivre pleinement ces moments là.

voyage-amour

Là l’un pour l’autre, comment ça se passe ?

Je m’explique et je nous explique un peu

Les jours passent et ne se ressemblent pas, comme on dit. Quand on est en couple, les jours passent et ne se vivent pas de la même façon pour l’un comme pour l’autre. Et j’aimerais vous clarifier cette idée « d’être là l’un pour l’autre ». Dans notre parcours de couple (bientôt 12 ans), nous avons admis l’idée au fil du temps, que nous étions personnellement responsables de notre propre bonheur. Autrement dit, c’est à moi de m’assurer que je mets toutes les chances de mon côté pour être heureuse. Donc, Clément n’est pas plus responsable de mon malheur qu’il ne l’est de mon bonheur personnel. Vous voyez ?

Alors quoi faire ?!

Nous ne sommes pas là que pour pleurer avec l’autre, nous sommes aussi là pour souhaiter qu’il trouve une issue à ce qu’il vit. Etre là pour l’autre, ça peut être simplement l’écouter et lui dire qu’on a confiance en lui, qu’on l’aime. Mais je ne crois pas que cela consiste à résoudre le probleme pour l’autre, pour le soulager ou pour me soulager, ça n’est pas là que je suis la plus « utile » pour l’autre et pour moi-même.

Parce qu’être là l’un pour l’autre, c’est bien, mais je pense aussi que c’est important de ne pas oublier son propre voyage, ses propres envies,… On n’est pas là, non plus, pour écraser l’autre pour faire à tout prix un truc au détriment de l’autre. Mais c’est important de garder à l’esprit que le voyage que nous allons vivre, c’est aussi un voyage personnel. Par anxiété, un peu perdue aussi, je n’avais pas d’envie particulière et notre itinéraire préparé m’allait bien. Mais du coup parfois, je me suis effacée ou sentie frustrée de ne pas avoir dit que là j’aurais préférée rester, par exemple. C’est un équilibre à trouver !

Vous savez ce qui vous rend heureux ? si non vous allez le découvrir !

Certain parleront de voyages initiatiques d’ailleurs, et ça n’est pas faux. Je crois que nous sommes responsables de tout ce que l’on vit (bon comme moins bon) et cela ne veut pas dire culpabiliser soi ou l’autre quand ça va pas et s’enorgueillir quand c’est un succès, non. Mais ça permet de savoir qu’à n’importe quel moment, on peut choisir de changer ce que l’on vit. Ainsi un moment « banal » peut se transformer en quelque chose de plus beau.

Prendre des temps pour soi

Sortez les fluos et stabilotez

C’est peut être une des clés les plus importantes d’un voyage à deux. Et oui, car si nous faisons ce voyage à deux, nous restons toujours 1+1. Deux chemins, des désirs différents, des histoires et des états d’âmes différents. Donc c’est vraiment important de prendre soin de soi. Vous aurez plus de force et de disponibilité pour vous mêmes mais aussi pour l’autre si jamais ça va pas. De notre côté, nous étions plus enclin à pratiquer la méditation. Personnellement, je m’étais arrêtée mais le bouddhisme ambiant m’a replongé dedans. J’ai vu une réelle différence et Clément aussi. Je suis plus calme, plus posée et plus à l’écoute de moi-même et de mes envies que j’exprime beaucoup mieux. A l’arrêt on le sent aussi, je vous rassure, ça marche dans les deux sens ^-^

voyager-mediter

Juste un moment…

Prendre du temps pour soi, cela peut être plein de choses. Méditer, écrire, se balader,… Et certaines choses peuvent se faire même quand l’autre est présent. Cela ne m’empêche pas de sentir que l’instant que je choisis de prendre là, il est pour moi. Important aussi, ne pas oublier de se reposer. Écouter son corps ! Honnêtement, si vous vous sentez fatigué, pas bien, un peu malade, dites-le à votre partenaire. Nous avons changé de rythme parce que cela ne nous convenait plus. Bon ben on a passé deux mois en Thaïlande, ça nous a fait du bien et on s’est pas du tout ennuyé ! Mais à un autre rythme. Nous avions besoin après 6 mois de voyage de se poser et de faire un peu le point sur le programme pour la suite du voyage. On a eu aussi le désir de se former aux massages thaïlandais, de faire une retraite en silence dans un monastère bouddhiste dans une forêt (hommes et femmes séparés),… Et c’était ce qu’il nous fallait à ce moment là 🙂

Entre doute et intuition

Mais qui es-tu beau brun ?!

Le doute fait totalement partie du voyage, que tu doutes de toi ou des autres, vois même de celui qui t’accompagne. Et oui, ça peut faire 30 ans, tu ne sais pas à 100% avec qui tu t’embarques. Tu peux découvrir l’autre sous un nouveau jour, pour le meilleur comme pour le pire d’ailleurs. Tu vas peut-être te dire que j’exagère mais je t’assure que non ! Pourquoi ? Parce que ce voyage là, il est unique, tu n’en as jamais fais de pareil dans ta vie et l’autre non plus, et en général tu arrives dans des pays que tu ne connais ni d’Eve ni d’Adam. Donc tu joues en terre inconnue et non, en terrain connu, ne confond pas, hein 😉 Et puis, les certitudes sont faites pour être ébranlées ! C’est vrai que ça peut secouer, toi, le compagnon ou la compagne… La totale et c’est normal ! Je vous rassure, pour nous tout va bien ❤

Intuitons

S’ajoute à tes doutes persos, celui que les autres tu les connais encore moins ! Et c’est là, que tu vas aiguiser ton 6e sens !!! Tadaaaaam ! Alors non, tu ne verras pas de monstres (soit c’est halloween soit tu es clairvoyant) ou des trucs en 8 dimensions (sauf si tu testes des drogues mais je te conseille pas non plus) ! MAIS ! tu vas découvrir en toi et peut-être pour la première fois, ton Intuition ! Celle que tu sens où pressens quand là ça pue, que lui tu le sens pas, que là on te raconte de belles laitues,… De fil en aiguille, tu vas choisir un autre chemin que celui initialement prévu parce que tu le sens mieux comme ça… Et on te dira que c’est tant mieux et que surtout faites vous confiance, si l’un des deux renifle un truc, je te le dis Ô toi qui voyage, ton intuition avec raison, tu écouteras ! Et c’est valable pour l’intuition de l’autre.

Love is the answer

Quoiqu’il arrive, au milieu de toutes les péripéties, voyager à deux c’est beaucoup de joie, de découvertes et de complicité ! C’est aussi se serrer les coudes en cas de difficultés et on en ressort grandis et plus matures. Bref, tu prends un coup de vieux ^-^ hihihi. Des voyages comme ça, on en aura sûrement qu’un dans la vie ! Alors à deux, c’est vraiment pas toujours simple de se le permettre !

Chanceux ou pas ?!

C’est une chance vous diront certain, pour ma part, comme tu peux le deviner, je pense que c’est un choix parce que c’est aussi renoncer à des choses qui te coûtent moins qu’à d’autres. Comme par exemple, les économies que tu fais c’est pas pour ta maison, ta voiture, ta baraque ou ton mariage. C’est un investissement et des économies que tu choisis de faire pour ton voyage. C’est une année en moins sur ton CV en expériences professionnelles ou pour tes cotisations de retraite. Oui on a tout vendu et matériellement on est OK avec l’idée d’avoir moins de confort. Il  y a des personnes pour qui ces priorités sont plus importantes que voyager et c’est normal. On a tous des besoins différents et des priorités de vie différentes. Et c’est ça qui est super, qui fait qu’on a tous des chemins différents et plein de choses à se raconter et à partager 🙂

heart-700141_960_720

L’essentiel

Ne t’y trompe pas, partir voyager à deux, c’est accepter de voyager en soi. Voyager à deux, c’est savoir en soi, que ce choix là te ressemble et ressemble à qui on est à deux. Alors c’est important de s’écouter, de profiter des occasions, rien n’est impossible !… mais de ne pas tomber non plus dans le piège de faire comme ça parce que les autres font comme ça. Reste toi-même, prend soin de toi et de l’autre en restant bienveillant. Au milieu de tout ça, chacun, ne vous oubliez pas, préparez bien votre entourage et vivez-le ensemble dans la joie, l’amour et l’émerveillement 🙂 Peace and Love les Amis 🔅

Concluons

Voilà, on arrive au bout de cet article qui je crois, est pas mal long. C’était important pour moi de vous partager ça 😉 et puis si toi aussi tu veux voyager en couple, ou que c’est déjà fait, ou que c’est en cours… N’hésite pas à nous en parler, à nous raconter comment ça se passe, si tu t’y retrouves un peu dans ce tas de trucs psycho-emotionnels complexes ! On sera super contents de te lire ! Et puis, bien sûr n’hésite pas à nous sur nos réseaux sociaux pour pas en perdre une miette !

De gros bisous et prenez soin de vous les Amis 🙏

je-t-emmene-en-voyage

A propos JTEVoyage

Voir aussi

A la découverte de l’île de Sumatra et de son peuple Batak

Salut les Amis ! Après un vol Yogyakarta-Medan, un couchsurfing chez Fariasen, 10h de bus et 1h …

2 commentaires

  1. Couroucoucou!
    Quel bel article ma Rhéa ! Merci de nous faire partager ça !
    Signé ta copine voyageuse solitaire, depuis le fin fond du Népal !

  2. Coucou Rhéa,

    Ton article est vraiment intéressant car au delà des découvertes culturelles que vous faites et que vous partagez avec nous, tu nous décris ton état d’esprit et ton vécu. L’envers du décor en quelque sorte. Et pour nous lecteurs ou spectateurs, il est rare de voir ces parties là des longs voyages de nos amis!

    Merci, bonne continuation et… eh bien tu me manques!

    Fanny

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *