Accueil / Continents / Asie / Rencontre avec un guérisseur bomoh de la tribu Orang Asli

Rencontre avec un guérisseur bomoh de la tribu Orang Asli

image_pdfimage_print

Salut les amis !

Nous poursuivons notre aventure à la rencontre des médecines traditionnelles. Aujourd’hui, destination les Cameron Highlands en Malaisie. Nous y avons passés quelques jours à la découverte des beaux paysages montagneux et verdoyants. Le dernier jour de notre séjour, nous avons eu la chance de rencontrer une des tribus indigènes appartenant à l’ethnie des Orang Asli. Et pour couronner la journée, nous avons pu rencontrer un guérisseur traditionnel bomoh et assister à une cérémonie de « désenvoûtement ». Nous proposons de te raconter cette rencontre pour le moins étrange 🙂

Avant propos 🙂

Notre histoire, elle commence un peu comme celle de notre rencontre avec la guérisseuse Batak 😉 Tandis que nous sirotons un peu jus de fruit sur une terrasse, nous cherchons avec Rhéa la manière de trouver un contact qui nous mènerait à la rencontre des Orang Asli et de l’un de leur guérisseur bomoh. Ce soir là, notre route croise celle d’un vendeur ambulant qui nous tuyaute sur un petit village Orang Asli situé à quelques kilomètres de Tanah rata où nous séjournons…

Le lendemain matin, nous voilà partis en scooter à la rencontre de ce petit village Orang Asli. La fin de notre chemin  débouche sur un village qui n’a plus vraiment l’air d’un village traditionnel. Les maisons traditionnelles en bois et sur-élevées du sol ont maintenant laissé place à des habitations en dur. Nous apprendrons quand même plus tard que quelques habitants « réfractaires » habitent encore dans des habitations traditionnelles au cœur de la jungle.

guérisseur-bohmo_06

De fil en aiguille, nos premiers contacts avec les locaux débouchent sur la rencontre de Linda, une jeune adolescente très sympathique qui aspire à devenir flic. 😉 Linda parle très bien anglais et c’est probablement l’une des seules dans le village ! Après quelques minutes de discussion, elle nous propose de rencontrer le « grand-père » qui saura assouvir notre curiosité sur la culture Orang Asli 😉

guérisseur-bohmo_05

Amitiés « Franco / Orang-Asliennes » 😉

Entourés d’une ribambelle de jeunes enfants, nous pénétrons dans la maison du grand-père qui nous offre chaleureusement un bon thé à boire. C’est avec une petite lumière dans les yeux qu’il nous raconte l’amitié particulière qu’il entretient pour les Français. Nous apprenons avec stupéfaction que ce sont des Français qui ont aidé sa tribu à construire une route entre la ville et leur village ainsi que leurs maisons en ciment. Il y a de cela plus de 20 ans… Certains français se sont même mariés avec des femmes Orang Asli et sont partis vivre en France.

Un soupçon de tristesse se marque alors sur son visage lorsqu’il évoque ne plus avoir de contacts avec ses anciens amis de l’autre bout du monde… Il aurait bien aimé également que nous restions quelques jours chez lui… Nous en apprenons un peu plus sur la culture des Orang Asli, notamment sur leur croyance animiste et leurs cérémonies. Nous découvrons aussi les difficultés d’intégration et les nombreuses discriminations auxquelles ils font malheureusement encore face aujourd’hui en Malaisie.

Voici maintenant le moment tant attendu de rencontrer un guérisseur bomoh Orang Asli ! Tatata… Roulements de tambours… Et … Patatra ! En fait, il n’y a pas de guérisseur dans le village! Mais accrochez-vous bien, ce n’est pas déjà fini 😉

guérisseur-bohmo_02

L’oncle de Linda est guérisseur bomoh !

Dukun ou bomoh ?

Nous qui cherchions un « dukun », le bon nom utilisé là-bas pour désigner un guérisseur est en fait « bomoh » !

Et en un claquement de doit, Linda nous apprend que son oncle est guérisseur bomoh. Plus fou encore, elle et sa famille ont prévu de lui rendre visite le jour même afin de participer à une cérémonie de désenvoûtement pour son beau frère ! Vous imaginez bien la question que nous lui avons posée…

La famille est d’accord pour que nous participions à la cérémonie et l’oncle veut bien répondre au préalable à quelques-unes de nos question. On dirait bien que le hasard nous file encore un bon petit coup de pouce, hein !? 😉 Nous voilà donc parti en fin d’après-midi, à destination de Chenderiang, près de Tapah.

C’est dans un certain brouhaha que nous sommes accueillis dans la maison de l’oncle de Linda… Dehors, des jeunes sont en train de jouer un petit concert de musique… Jouer n’est peut-être pas vraiment le bon mot… Nos oreilles saignent un peu… Mais cela ne nous empêchera pas de nous entretenir tant bien que mal avec le guérisseur pendant une bonne petite heure 🙂

Le travail spirituel du guérisseur bomoh

A la différence des précédents guérisseurs que nous avons rencontrés en Indonésie, à Bali ou au lac Toba, le guérisseur bomoh nous apprend que son savoir à lui ne lui a pas été transmis de génération en génération par ses parents, ni par l’intermédiaire d’un livre sacré ancien. Depuis 40 ans qu’il pratique quotidiennement, il a vu passé des milliers de personnes qui viennent le consulter pour divers problèmes. Son cheval de bataille à lui, c’est de régler les problèmes d’ordre spirituel qui mettent en jeu des esprits malveillants ou de la magie noire employée pour nuire aux personnes. Il organise pour cela des cérémonies comme celle à laquelle nous avons pu assister le soir-même.

Entretien préalable avec le jeune patient

guérisseur-bohmo_04
Le beau frère malade, sa femme et leur enfant

Avant le début de la cérémonie, nous discutons avec le jeune homme malade qui se trouve être le beau-frère de notre amie Linda. Depuis plusieurs mois déjà, il se plaint de douleurs lancinantes dans les membres, accompagnées qu’une perte de sensibilité, principalement au niveau des bras. Le jeune homme a bien essayé de se faire soigner par la médecine conventionnelle. Rien y fait, les douleurs persistent et c’est pourquoi il a décidé de faire appel au médecin traditionnel.

Il s’avère que le début des symptômes coincident avec un événement traumatisant que le jeune homme a vécu lors d’une intervention dans son travail de policier. Quelques mois auparavant, les policiers ont démantelé un gros traffic de personnes entre la Thaïlande et la Malaisie. L’horreur, c’est que les policiers ont mis la main sur un gros charnier et qu’ils ont du déterrer de nombreux corps afin de les analyser pour le bien de l’enquête puis de leur offrir de dignes funérailles. Visiblement, certaines âmes désincarnées semblent être restées « accrochées » à notre jeune policier qui depuis a déclaré ses symptômes.

Le guérisseur bomoh commence la cérémonie…

La nuit vient de tomber. Le guérisseur bomoh nous invite à nous asseoir tous ensemble dans une pièce. A l’intérieur, il y a nous, la famille de Linda ainsi celle du guérisseur bomoh. Les enfants sont présents également. Une dizaine de personnes au total. Quelques temps avant, le guérisseur bomoh nous expliquait l’importance de pratiquer la cérémonie pendant la nuit, dans le noir complet. Car c’est seulement à ce moment là que les esprits font leur travail et que le guérisseur bomoh est en mesure de rentrer en contact auditif et visuel avec eux. Les esprits guérisseurs, nous avons cru comprendre qu’ils étaient essentiellement d’anciens Orang Asli qui veillent sur leurs enfants en œuvrant auprès des guérisseurs. Petite consigne, ne pas porter sur soi de parfum car les esprits n’aiment pas ça !

Une petite bougie comme seule lumière dans la pièce. Le guérisseur bomoh, assisté de son fils et de sa femme, commence alors à réciter ce qui semble être des mantras. Puis le dernier éclat de lumière s’éteint, faisant place à l’obscurité la plus totale. Surgissent alors de la nuit une myriade de bruits: des souffles, des cris, des gémissements, des bruits de sucions, des cris d’oiseau, le son de fouets… De quoi inspirer le scénario d’un bon film d’horreur… Étrangement, l’atmosphère dans la pièce reste plutôt  « décontractée » 😉 Les enfants gesticulent, les femmes chuchotent… A certains moments, nous entendons comme les paroles d’un vieux monsieur. Nous apprendrons plus tard qu’il s’agissait d’un des esprits qui s’exprimait par la bouche du guérisseur bomoh…

La cérémonie se termine …

Après une bonne demi-heure d’obscurité, la lumière se rallume et la cérémonie se clôture par quelques incantations et rituels de nettoyage. Le guérisseur fouette gentiment le malade à l’aide de branchages. Nous apprenons que ce rituel n’est que le premier des quatre rituels qui se succéderont les jours suivants, dans les mêmes conditions. Nous échangeons quelques mots avec le jeune « désenvoûté ». A priori, tout s’est bien passé, même s’il semble un peu déboussolé…

Heureux et bien remplis de gratitude 😉

De retour à Tanah Rata quelques heures plus tard, nous retrouvons enfin notre lit, après une journée pour le moins riche et passionnante ! Nous sommes lessivés mais tellement heureux de ces belles rencontres et des opportunités qui se sont offertes à nous 😉 Nous remercions de tout cœur notre amie Linda ainsi que toute sa famille pour leur hospitalité, leur bienveillance ainsi que la confiance qu’ils nous ont témoigner. Merci à Facebook: nous restons bien en contact avec eux 🙂 Nous gardons bien au chaud dans nos cœurs, et pour longtemps encore, cette belle journée de Mai 2016 à la rencontre des Orang Asli 😉

J’espère que notre aventure t’a plu ! N’hésite pas à nous partager tes commentaires, tes impressions. Si la curiosité te pique et que tu n’as pas encore lu nos précédents articles à la rencontre de différents guérisseurs traditionnels, n’hésite pas à aller y faire un tour. Si tu aimes nos aventures et que tu souhaites nous soutenir, un don de ta part, quel qu’en soit le montant, sera le bienvenu. Il contribuera notamment aux frais occasionnés par les déplacements, les offrandes généralement offertes aux guérisseurs ainsi que l’aide indispensable des traducteurs.

A bientôt pour de nouvelles aventures !

je-t-emmene-en-voyage

 

A propos JTEVoyage

Voir aussi

massage-thaï

Le massage thaïlandais : en voyage et apprentissage

Salut les Amis, Voilà où nous a conduit l’envie d’aller à la rencontre de découvrir …

6 commentaires

  1. Tout à fait passionnant! Le chemin fait bien les choses

  2. Quoi? Un guérisseur s’appelle un Dukun (Ducuing)?
    Tiens donc…

  3. Quel plaisir de vous voir, lire dans ce beau périple. Je me sens telle une paire de chaussette dans votre sac à dos, qui voyage au gré de vos envie et de vos mycoses.
    Merci les amis, et qui c’est, peut être une p’tite vidéo yéti dans les rue d’une ville animée au Laos…
    On vous embrasse!!!

    • bonjour, ma belle sœur recherche un guérisseur a Bali qui pourrait vraiment l’aider. Et combien sa coute le voyage de paris a Bali et aussi le montant de la consultationr merci d’avance pour votre aide

      • Bonjour,
        Pour le prix du billet cela dépend de beaucoup de paramètres, je vous conseille d’aller voir sur le site internet de Skyscanner qui vous donnera les meilleurs prix.La consultation nous a couté 200 000 roupies indonésiennes ce qui fait environ 20€.En espérant que ces informations vous aideront, belle journée 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *